La protusion de la cornée...

C'est ici où est "abordé" et discuté le kératocône en général. Pour des sujets bien précis et argumentés, par exemple "le retrait des fils après la greffe" on ira sur le forum approprié...

Modérateurs: Anne, Bruce Robertson

La protusion de la cornée...

Messagede V2F le Mar Aoû 05, 2003 2:21 pm

La Protrusion excentrique de la cornée

Là encore, sa mise en évidence sera de difficulté variable suivant le stade évolutif de la maladie.
Au début elle sera surtout bien visible en rétro-illumination. Différents reflets lumineux peuvent être observés, un reflet endothélial peut apparaître au sommet du cône du fait de l'augmentation de la concavité de la surface postérieure de la cornée. Il est surtout facile de reconnaître la protrusion en éclairant le segment antérieur d'assez loin et en regardant à travers l'oculaire d'un ophtalmoscope : lorsque la pupille est dilatée, on peut mettre en évidence le cercle sombre du cône. Une ombre sombre annulaire sépare le reflet brillant du cône du reflet de la cornée périphérique. Cette ombre résulte de la réflexion lumineuse totale provoquée par la cornée ectasique.
Dans la plupart des cas, le sommet du cône est situé au dessous d'une ligne horizontale passant par le milieu de la pupille.
A un stade plus avancé, la protrusion cornéenne peut provoquer une angulation de la paupière inférieure lorsque le patient regarde vers le bas : c'est le signe de MUNSON RIZZUTI qui a proposé un test simple pour mettre en évidence la protrusion du kératocône.

Signe de Munson Rizzuti

Lorsqu'on éclaire par un pinceau lumineux le coté temporal de l'oeil,, légèrement en avant du plan de l'iris, les rayons lumineux, focalisés par le cône, vont converger près du limbe nasal. Toutefois, ce signe n'est pas spécifique et peut être aussi rencontré chez des patients porteurs d'une anomalie de la réfraction importante et notamment d'un fort astigmatisme.

La protrusion cornéenne s'accompagne d'un amincissement bien visible au bio-microscope avec une inclinaison de 30° de la fente. Elle est maximum au sommet de la protrusion.
Cette protrusion n'est pas unimorphe et PERRY a distingué deux types de saillies coniques dans les kératocônes avancés:
le cône rond ou en mamelon, le plus fréquent, de diamètre relativement petit et situé le plus souvent dans le secteur inféro-nasal. Il correspondrait aux cônes les plus faciles à équiper en lentilles de contact.
le type ovalaire ou arqué, plus large, plus rare, à localisation préférentielle inféro-temporale donnant le plus souvent naissance à des complications. Pour PERRY, un patient serait porteur d'un type de kératocône et il n'y aurait pas de possibilité d'évolution d'une forme à l'autre ; de plus, il n'a retrouvé aucun patient porteur d'un cône rond sur un oeil et d'un cône ovale sur l'autre. YANOFF par contre, pense avoir reconnu des petits cônes ronds développés à l'intérieur de cônes ovales plus étendus, et se demande s'il ne s'agit pas du résultat de poussées aiguës sur un cône ovale.

© snof.org
KC: Non / OG=9/10 OD=0,05/10 Corrigés--- Bonne MAVAC !... =^.^=
Avatar de l’utilisateur
V2F
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 7476
Inscription: Lun Juil 28, 2003 8:17 pm
Localisation: Paris

Retourner vers Le kératocône, généralités...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité