Lasik sur kératocône / Lasik et kératocône...

Ce forum concerne le kératocône apparaissant après un Lasik...

Lasik sur kératocône / Lasik et kératocône...

Messagede V2F le Jeu Mai 24, 2007 6:58 pm

Pour revenir au surprenant message de Chris http://www.forum.keratocone.net//viewtopic.php?t=1945 dont le médecin, totalement irresponsable, propose de faire un Lasik sur son kératocône, voici deux résumés d’articles de vrais spécialistes et qui rappellent la principale contre-indication absolue (ces documents seront téléchargeables dans l’espace adhérents) :

La sécurisation du LASIK découle de progrès techniques, mais de façon plus nette encore de la détection et de l’exclusion des patients “à risques”. L’ectasie cornéenne induite est essentiellement une complication liée à une mauvaise sélection pour le LASIK. Cette complication demeure aujourd’hui la seule qui puisse ternir les suites non immédiates d’une procédure chirurgicale effectuée sans incident. Bien que l’incidence de l’ectasie après LASIK soit sous-estimée, elle demeure infime en regard du nombre de procédures effectuées.
Elle doit pouvoir être prévenue par l’exclusion des cornées “à risque” comme celles présentant une forme fruste de kératocônes, et qui constituent le principal facteur de risque d’ectasie cornéenne après LASIK.
Les conclusions d’une étude intéressante rapportant le devenir de patients opérés en LASIK de myopie forte (puissance traitée moyenne proche de –15D !) avec un recul allant jusqu’à 9 ans permettent d’écarter le spectre d’une future “épidémie d’ectasie”. La plupart de ces patients avaient été recrutés et opérés à l’époque de l’essor du LASIK (première moitié des années 90). Sur 137 patients suivis, seuls deux ont développé une ectasie, et ce en raison d’un amincissement excessif du mur postérieur (épaisseur résiduelle estimée à 120 microns dans un des deux cas). Cette étude confirme sans ambiguïté qu’un LASIK exécuté chez un patient indemne de pathologie cornéenne préexistante et respectant un mur stromal postérieur suffisant n’expose pas au risque d’ectasie cornéenne.
Certains cas d’ectasie ont toutefois été rapportés sur des cornées dont l’examen topographique était jugé “normal”, ce qui soulève l’hypothèse de l’existence de facteurs de risques méconnus. La société Reichert a mis à la disposition des cliniciens le premier instrument permettant aux cliniciens de mesurer certaines propriétés biomécaniques de la cornée (Ocular Response Analyzer, Reichert/EBC). L’analyse d’un signal réfléchi de la cornée au cours de deux aplanations consécutives est une aide précieuse pour le dépistage des cornées “fragiles” en préopératoire, en révélant par exemple l’existence d’une réduction de la résistance cornéenne chez les patients atteints de forme très précoce de kératocône, et ce alors que l’épaisseur cornéenne est normale. Cet instrument a également permis de mesurer les conséquences biomécaniques de la découpe isolée d’un volet stromal de LASIK. Il devrait également permettre de mieux comprendre l’effet de la chirurgie réfractive cornéenne sur l’appréciation de la pression oculaire mesurée par aplanation


Ces dernières années ont vu apparaître un tournant évolutif majeur, concernant à la fois le diagnostic et la prise en charge du kératocône, favorisé par une connaissance croissante de la physiopathologie de cette dystrophie.
Concernant le problème diagnostique, il réside surtout dans la détection du kératocône fruste (KF) qui peut être défini en premier lieu comme un kératocône infraclinique à cornée claire. Si la reconnaissance d’un kératocône avéré ne pose en général pas de problème particulier (signes cliniques cardinaux tels que stries de Vogt, anneau de Fleischer, amincissement, opacités…associés à des signes topographiques typiques d’une ectasie), le dépistage du KF est, lui, basé exclusivement sur des examens paracliniques complémentaires. La détection du KF reste d’ailleurs un enjeu majeur dans notre pratique courante. Tout d’abord parce qu’il peut évoluer spontanément vers un kératocône vrai, avec cependant une histoire naturelle encore très mal connue. Mais surtout parce qu’il constitue une contre-indication formelle à toute chirurgie réfractive. Le KF réalise en effet un facteur de risque majeur d’ectasie cornéenne postopératoire, que ce soit après un LASIK ou même une PRK de surface, cette dernière notion étant maintenant tout à fait admise.
Nous allons ici faire le point sur les nouveaux examens disponibles en 2007 qui vont pouvoir étayer le diagnostic de KF. Nous en profiterons également pour évoquer les innovations thérapeutiques concernant cette pathologie.

J. Coullet et F. Malecaze CRNK Toulouse
KC: Non / OG=9/10 OD=0,05/10 Corrigés--- Bonne MAVAC !... =^.^=
Avatar de l’utilisateur
V2F
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 7476
Inscription: Lun Juil 28, 2003 8:17 pm
Localisation: Paris

Messagede Claude le Jeu Mai 24, 2007 9:46 pm

Excellent Vincent. N'empêche ça fait peur. Je croyais que Médecine ce n'était pas Ecole de Commerce...
Claude
Avatar de l’utilisateur
Claude
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 304
Inscription: Mer Aoû 13, 2003 10:01 pm
Localisation: Montrouge

Messagede Chris le Ven Mai 25, 2007 2:38 am

Très bon doc, en plus je sais maintenant la différence entre un KF et un Kératocône avéré...

"mon" ophtalmo (enfin, ex-opthalmo) n'a pas dû faire le passage à l'euro, puisque pour lui KF voulait surtout dire "KiloFrancs"... !!!
Avatar de l’utilisateur
Chris
Adhérente
Adhérente
 
Messages: 18
Inscription: Jeu Avr 12, 2007 6:43 pm

Messagede V2F le Ven Mai 25, 2007 10:54 am

Claude a écrit:N'empêche ça fait peur. Je croyais que Médecine ce n'était pas Ecole de Commerce...


Chris a écrit:"mon" ophtalmo (enfin, ex-opthalmo) n'a pas dû faire le passage à l'euro, puisque pour lui KF voulait surtout dire "KiloFrancs"... !!!

:mrgreen: Bien vu Claude et Chris! :!:

Mais que les choses soient bien claires, ce n’est pas le Lasik qui est à remettre en cause mais les pratiques de certains toubibs peu scrupuleux qui sont tentés de faire de l’« ophtalmobiz ». Il ne faut pas oublier que le Lasik, pratiqué sur les bons patients, dans de bonnes conditions, par des médecins compétents et consciencieux, donnent de bons résultats. Seulement, il s’agit d’une chirurgie avec les risques qu’elle comporte. Laure qui fait les frais d’une ectasie post-chirurgicale me signalait un article paru dans un « gratuit » dont le titre accrocheur « On l’a testée pour vous » (comme s’il s’agissait d’un rouge à lèvres), l’avait particulièrement choqué.

Le ton racoleur de ce genre de papier est agaçant au possible mais les contrevérités qu’il contient le sont encore plus :

Un gratuit a écrit:Ça vous change la vue
L’opération des yeux vous fait frémir ? On l’a testée pour vous


Les astigmates et les myopes peuvent dire adieu à leurs lunettes Un Français sur deux est bigleux. Pas de bol, vous êtes celui-là. Certains myopes se sont résignés à porter soit des lunettes, soit des lentilles. D’autres ne supportent plus de se mettre des bouts de plastique sur les yeux : ceux-là sont prêts pour l’opération. L’idée de toucher aux yeux effraie. Mais tous les trouillards peuvent y aller. Démonstration.

Une méthode indolore
D’abord, vous prenez rendez-vous avec un ophtalmo qui vous fait passer une batterie d’examens pour mesurer la longueur de l’œil, la courbe de la cornée, etc. Si la cornée n’est pas trop fine, vous serez bon pour le lasik, la méthode la plus répandue, totalement indolore.
Quelques jours plus tard, on arrive en clinique, on enfile une jolie blouse chirurgicale, on s’allonge sur la table d’opération (le suspense monte). L’ophtalmo met quelques gouttes de collyre anesthésiant, place un écarteur de paupières sur un œil, puis un anneau pour maintenir l’œil immobile (inconfortable mais pas insupportable). Arrive le microkératome, une sorte de petit rabot avec une lame qui découpe un très fin volet de cornée (frémissements d’horreur dans la salle).
Le moment est impressionnant, mais à part une légère pression sur l’œil, on ne sent rien, juré. A travers vos larmes, vous fixez un point rouge pendant l’impact du laser correcteur, qui dure une dizaine de secondes. L’ophtalmo remet ensuite le volet cornéen en place. Quelques gouttes de collyre, et on passe à l’autre œil. En tout, l’opération des deux yeux aura duré six minutes. Une demi-heure après, l’œil larmoie, on voit toujours flou, on panique : ça n’a pas marché ! C’est normal. Laissez tranquillement passer l’impression de sécheresse, comme si vous aviez du sable dans les yeux. Trois ou quatre heures plus tard, le larmoiement s’atténue, la vision se précise…

Au réveil, un miracle
Le lendemain au réveil, miracle “je vois !” Bonheur que les non-bigleux ne pourront jamais connaître... Rassurés ? Expédions les dernières idées reçues. Pour les ophtalmologues, c’est presque une opération de routine. Il y a 99% de chances de réussite, et aucune complication sérieuse n’a été rapportée. Et si quelqu’un doit s’inquiéter, c’est Afflelou.
Il faut compter 2 000 euros (1 000 euros par œil) pour une opération non remboursée.


http://www.metrofrance.com/fr/article/2 ... 0/1318-37/
KC: Non / OG=9/10 OD=0,05/10 Corrigés--- Bonne MAVAC !... =^.^=
Avatar de l’utilisateur
V2F
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 7476
Inscription: Lun Juil 28, 2003 8:17 pm
Localisation: Paris

Messagede Florence BERGER le Ven Mai 25, 2007 2:42 pm

Mais que les choses soient bien claires, ce n’est pas le Lasik qui est à remettre en cause mais les pratiques de certains toubibs peu scrupuleux qui sont tentés de faire de l’« ophtalmobiz ». Il ne faut pas oublier que le Lasik, pratiqué sur les bons patients, dans de bonnes conditions, par des médecins compétents et consciencieux, donnent de bons résultats.


Tout à fait.

Seulement, il s’agit d’une chirurgie avec les risques qu’elle comporte.


Oui, alors pourquoi prendre le risque quand il n'est pas absolument nécessaire? Se faire opérer n'est pas anodin. Il vaut mieux se faire opérer quand il y a risque de ne pas le faire.
"L'essentiel est invisible pour les yeux." Antoine de Saint-Exupéry.
Avatar de l’utilisateur
Florence BERGER
Responsable région Sud-Est
Responsable région Sud-Est
 
Messages: 6597
Inscription: Ven Aoû 15, 2003 5:11 pm
Localisation: Saint-Galmier (Loire)

Messagede Chris le Ven Mai 25, 2007 6:18 pm

pourquoi prendre le risque quand il n'est pas absolument nécessaire? Se faire opérer n'est pas anodin. Il vaut mieux se faire opérer quand il y a risque de ne pas le faire.


Pour la même raison sans doute, que certains se font refaire le nez, ou le reste...
Quant on a suffisamment d'argent, on peut argumenter :
comme la lipossucion évite la frustration d'un régime, le laser évite les contraintes liées aux lunettes et lentilles...

Il faut dire aussi que si on fait le calcul, l'opération est relativement vite amortie par rapport au coût des lunettes, et a fortiori celui des lentilles;


La chirurgie des yeux semble devenue un business comparable à celui de la chir esthétique...
Avatar de l’utilisateur
Chris
Adhérente
Adhérente
 
Messages: 18
Inscription: Jeu Avr 12, 2007 6:43 pm

Messagede Florence BERGER le Ven Mai 25, 2007 7:22 pm

Oui, mais les yeux ... et la santé en général n'ont pas de prix ...

Qu'on ait de l'argent ou pas, on ne joue pas à la roulette russe avec sa santé.
"L'essentiel est invisible pour les yeux." Antoine de Saint-Exupéry.
Avatar de l’utilisateur
Florence BERGER
Responsable région Sud-Est
Responsable région Sud-Est
 
Messages: 6597
Inscription: Ven Aoû 15, 2003 5:11 pm
Localisation: Saint-Galmier (Loire)

Messagede Chris le Ven Mai 25, 2007 8:29 pm

Tout à fait d'accord !!!


Ce que je trouve dommage, c'est que des médecins cautionnent, ou pire, participent à ce dangereux business. Je ne connais pas le serment d'hippocrate, mais il me semble qu'être médecin, c'est dans le but de préserver la santé et l'intégrité d'autrui, pas de jongler avec les risques thérapeutiques pour le bien-être de son porte-monnaie...!
Avatar de l’utilisateur
Chris
Adhérente
Adhérente
 
Messages: 18
Inscription: Jeu Avr 12, 2007 6:43 pm

Messagede Florence BERGER le Ven Mai 25, 2007 9:13 pm

Tout à fait. Cela dit, comme dans toutes les professions, il y a des gens sérieux et honnêtes et d'autres qui le sont moins ...
"L'essentiel est invisible pour les yeux." Antoine de Saint-Exupéry.
Avatar de l’utilisateur
Florence BERGER
Responsable région Sud-Est
Responsable région Sud-Est
 
Messages: 6597
Inscription: Ven Aoû 15, 2003 5:11 pm
Localisation: Saint-Galmier (Loire)

Messagede V2F le Sam Mai 26, 2007 2:34 pm

Chris a écrit:La chirurgie des yeux semble devenue un business comparable à celui de la chir esthétique...


A propos de chirurgie esthétique, on sait et depuis longtemps que ce secteur est dans le « mouvement brownien » de la mondialisation. Ainsi il existe des « tour opérator » qui proposent des voyages à la carte, vol + hôtel compris, pour rectifier un nez ou remodeler une silhouette. Des pays se sont même spécialisés : par exemple la Hongrie dans les implants dentaires, la Tunisie dans les silicones et la Turquie dans le Lasik. Pour ce dernier et en cherchant bien sur la Toile, on peut trouver des offres démarrant à 600 € la paire… Sans remettre en cause les qualités irréprochables des excellents médecins qui exercent dans ces pays, il est certain qu’à ces tarifs là les surprises peuvent-être nombresues…
En janvier dernier, j’avais posté un message sur le forum médical Lasik-asso en réponse à une patiente très déçue d’avoir été écartée du Lasik :

V2F a écrit:Bonjour Patou (et aux autres visiteurs de ce forum concernés par le kératocône),

Le kératocône est la « bête noire » des spécialistes qui pratiquent le Lasik ! Votre chirurgien a bien fait de vous « écarter » de cette chirurgie réfractive qui reste une contre-indication absolue et définitive si vous êtes porteur de kératocône. Vous pouvez remercier votre chirurgien de l?avoir détecté à temps, car cela pouvait vous conduire à des complications graves nécessitant, éventuellement, une greffe de cornée. Ce que vous ne souhaitez pas...

Les Lasik réalisés par des ophtalmologistes compétents sont, à priori, sûrs, car ceux là même connaissent bien les risques encourus. Le diagnostic des formes frustes des kératocônes est un problème essentiel, étant donné le risque de provoquer, chez le patient, une décompensation cornéenne (ectasies post-LASIK) souvent difficile à soigner. En raison de la gravité d?une telle complication, le diagnostic des formes précoces de kératocônes avant Lasik nécessite des examens RIGOUREUX (topographies cornéennes, épaisseurs de la cornée, Orbscan, etc.). Des moyens plus récents, comme l?ORA (Ocular Response Analyzer) qui analyse l?élasticité de la cornée, permettent de récuser plus précisement certaines candidatures risquées. Par ailleurs, le kératocône ayant probablement une origine génétique (un protocole de recherche est en cours au CHU Purpan de Toulouse), l?interrogatoire du patient ne sera pas superflue afin de connaître l?existence d?antécédents familiaux?
Une sélection draconienne des patients candidats à cette chirurgie réfractive est donc très importante et il est hallucinant de lire, dans certains forums de discussions, des conseils bidons proposant aux patients d?aller faire un Lasik dans certains pays étrangers pour quelques centaines d?euros? Si vous tombez sur ce genre de sites moisis, passez votre chemin? La vue est tellement précieuse !

Le kératocône est une maladie rare. Comme le souligne le Dr L******, elle n?est pas particulièrement grave (en France), mais pas anodine non plus. Ces conséquences sont très souvent handicapantes dans la vie quotidienne. Certaines adaptations en lentilles de contact, sans lesquelles les patients ne verraient rien, sont parfois extrêmement compliquées, longues et douloureuses. La complexité de la maladie, sa faible prévalence, dissuade certains jeunes ophtalmologistes à s?y intéresser d?avantage? Ce qui est bien regrettable. Mais d?excellents spécialistes existent aussi dans chaque région de France et le rôle de notre association est aussi de les trouver. ;-)

L?Association Kératocône remercie lasik.asso.fr qui explique très clairement les risques rares mais bien réels du Lasik.

Vincent
Webmestre bénévole
Association Kératocône
www.keratocone.net
www.forum.keratocone.net/
www.keratocone.eu


Lasik.asso.fr est une association Loi de 1901 créée par un ensemble de médecins-ophtalmologiste spécialisés dans la cornée. Son but est d'expliquer au grand public la chirurgie réfractive, mais aussi ses risques.
KC: Non / OG=9/10 OD=0,05/10 Corrigés--- Bonne MAVAC !... =^.^=
Avatar de l’utilisateur
V2F
Site Admin
Site Admin
 
Messages: 7476
Inscription: Lun Juil 28, 2003 8:17 pm
Localisation: Paris

Messagede Florence BERGER le Sam Mai 26, 2007 7:53 pm

Vincent,

Ta réponse à cette patiente ne peut pas être plus claire et objective. :!: :!: :!:
"L'essentiel est invisible pour les yeux." Antoine de Saint-Exupéry.
Avatar de l’utilisateur
Florence BERGER
Responsable région Sud-Est
Responsable région Sud-Est
 
Messages: 6597
Inscription: Ven Aoû 15, 2003 5:11 pm
Localisation: Saint-Galmier (Loire)

Messagede Xavier le Dim Mai 27, 2007 1:17 pm

Chris,
Si ton ophtalmo insiste pour un lasik sur ton KC, tu peux lui rappeler que le record du montant de dommages et intérêts versés à un patient pour une opération des yeux, c'est un ophtalmo américain qui l'a versé à un patient porteur de KC fruste que le praticien na pas détecté avant l'opération. En principe, les ophtalmos spécialisés en Kilo Francs sont réceptfs à ce genre d'arguments :wink:
Un KC partagé est un KC mieux supporté
Avatar de l’utilisateur
Xavier
Adhérent
Adhérent
 
Messages: 1613
Inscription: Sam Oct 25, 2003 6:04 pm
Localisation: Alsace

Messagede Chris le Dim Mai 27, 2007 2:26 pm

Trop bon, Xavier !
:D
Avatar de l’utilisateur
Chris
Adhérente
Adhérente
 
Messages: 18
Inscription: Jeu Avr 12, 2007 6:43 pm


Retourner vers [nouveau] Les kératocônes post-Lasik

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron